Accueil Amour L’ART DE L’INTIMITÉ

L’ART DE L’INTIMITÉ

403
0
PARTAGER

Entrer en intimité et le rester est tout un art.

Heureusement, près de 50% des gens arrivent à l’âge adulte avec cette capacité qu’ils ont hérité d’une éducation suffisamment sécurisante pour être à leur tour sécurisant.

Vous l’avez deviné, je parle de notre style d’attachement.

 

COMMENT UN PSY RENOUE AVEC LES STYLES D’ATTACHEMENT.

Les événements de ma vie m’ont amené à creuser davantage ce sujet parce que j’avais besoin de comprendre les tenants et les aboutissants de ce qui m’arrivait. Le livre de Marc Pistorio[i] est arrivé pile-poil au bon moment. J’en avais entendu parler. Je me l’étais même procuré. Mais je ne l’avais jamais lu.

Un jour, dans un moment clé de mon cheminement, il est tombé de ma bibliothèque alors que je cherchais autre chose. Et ça a été une révélation.

Bien sûr, au moment de faire mes cours de psychologie, j’avais déjà vu les styles d’attachement avec Bowlby et Ainsworth. Mais je ne m’y étais pas vraiment intéressé parce qu’à l’époque, tout était coulé dans le ciment. Si nous n’avions pas eu la chance d’être dans une famille suffisante pour développer un attachement sécurisant, alors tout était joué. Les styles d’attachement insécurisant (anxieux, mixte et évitant) nous accompagnaient alors pour le reste de notre vie.

Marc Pistorio, qui est sans doute un des psychologues les plus à jour dans ce domaine – sa thèse de doctorat étant plutôt récente –  annonce qu’à la lumière des découvertes des neurosciences (entre autres la neuroplasticité) et des plus récentes études, il est possible de développer un attachement sécurisant, même si au départ on sort de l’enfance avec un attachement insécurisant.

Il n’en fallait pas plus pour m’intéresser à nouveau à ces styles, d’autant plus que mon couple venait à nouveau de rendre l’âme .

Je savais déjà que j’étais sorti de mon adolescence avec un style d’attachement anxieux mais je croyais que j’avais évolué. Il m’en manquait encore un bout avant de tout comprendre. J’étais effectivement parvenu à un style d’attachement sécurisant avant de rencontrer ma dernière partenaire mais cet attachement était encore trop fragile. En face d’une personne évitante, j’avais rebasculé dans le côté anxieux. Est-ce que mon couple aurait réussi si j’avais gardé mon côté sécurisant? Pas davantage. Mais je n’aurais pas été largué non plus. C’est moi qui aurait quitté la relation un an et demi avant devant les silences et les refus de discuter.[ii] Et qui sait? Peut-être aussi que je n’aurais pas développé un cancer.

Bref, j’ai été amené, pour comprendre, à renouer avec les styles d’attachement et cela n’a été que le début de ma recherche me conduisant même à suivre une formation en thérapie de couple centrée sur l’émotion, basée justement sur les styles d’attachement et où il est possible pour le couple d’atteindre un attachement sécurisant dans la relation.

J’ai compris que l’intimité est un art subtil que les personnes à l’attachement sécurisant maîtrisent très bien alors que les autres en arrachent.

 

RETOUR SUR LES STYLES DATTACHEMENT.

Permettez-moi ici de faire un court retour sur les styles d’attachement afin de remettre en mémoire certaines choses que j’ai déjà abordé dans d’autres articles.

Les bébés ont besoin de sécurité. C’est d’autant plus vrai qu’ils dépendent entièrement de leurs parents pour leur survie. Ils sont pourvus pour cela d’une séduction naturelle (essayez de trouver un bébé laid) et d’un système intérieur d’attachement. Évidemment, cela se passe entre eux et les personnes qui en prennent soin. Quand leur système d’attachement est ouvert, ils sont en demande par rapport à leurs besoins et la réponse adéquate les rassure (toujours la sécurité). Lorsque les besoins sont satisfaits et qu’ils sont en sécurité, ils peuvent fermer leur système d’attachement et vaquer à des occupations (regarder le mobile qui bouge, dormir etc.).

Plus tard, cette sécurité les fera appréhender le monde, explorer, apprendre par eux-mêmes. Si quelque chose survient, le système d’attachement ouvre et ils demandent naturellement qu’on les rassure.

Si tout se passe bien, ils deviennent capables d’une grande autonomie. Pourquoi? Parce qu’ils sont confiants que si le besoin se fait sentir, quelqu’un sera là pour eux.

Et c’est ainsi qu’ils acquièrent un attachement sécurisant. En entrant en intimité, ils sont dans la confiance que l’autre sera là pour eux quoiqu’il arrive. Voilà la clé de l’intimité adulte. La sécurité que chacun des deux partenaires sera là pour l’autre quoiqu’il arrive tout en conservant sa propre identité, teintée bien-sûr de celle de l’autre qui l’influence forcément puisque sa sécurité en dépend.

Est-ce à dire qu’il ne peut pas se sentir en sécurité tout seul? Pas du tout. Ce sont les personnes à l’attachement insécurisant anxieux qui sont comme ça. Est-ce à dire que sa sécurité sera exclusivement trouvée en lui-même? Pas du tout. Ce sont les personnes à l’attachement insécurisant évitant qui sont comme ça.

Cela veut simplement dire qu’il a reconnu en l’autre son partenaire et qu’il a accepté en toute autonomie d’en dépendre sans pour autant compromettre son individualité.

Tout un art.

 

L’ART DE L’INTIMITÉ

Supposons que je sois un tube de couleur bleu et que je rencontre quelqu’un qui est un tube de couleur jaune. À partir du moment où j’entre en intimité, j’accepte le partage des tubes. Nous allons ensemble, nous mettre à jouer avec les couleurs.

Mon couple sera forcément vert et non pas jaune ou bleu puisqu’il y aura un authentique partage et que le bleu et je jaune donne du bleu. Mon couple sera lumineux aussi puisque le partage de lumière bleue et de lumière jaune donne du blanc. (Voir la figure.)

Il y aura de l’humour où parfois, quelques gouttes de la couleur de l’un sera lancé sur la couleur de l’autre, en taquinerie. Parfois, la taquinerie heurtera et la goutte lancée ne sera pas appréciée. Mais chacun des deux partenaires, demeurant chacun respectivement bleu et jaune sera tout à fait dans la sécurité que l’on peut faire disparaître la tache de couleur et s’entendre que désormais, on ne lance pas de goutte spécifiquement à cet endroit. Pas de drame. Une colère gérable. Une explication où chacun reconnaît sa part de responsabilité.

Évidemment, chacun sera irrémédiablement marqué par la couleur de l’autre et le bleu ne sera plus jamais tout à fait bleu. Il tendra très légèrement sur le vert. Le jaune ne sera plus jamais tout à fait jaune. Il tendra légèrement aussi sur le vert. Et ce vert constituera l’histoire du couple, où parfois il y aura beaucoup de bleu, parfois beaucoup de jaune, mais de toute façon à long terme à part égale. C’est comme ça que toutes les nuances de ce couple émeraude seront obtenues, dans une danse des couleurs où l’harmonie se fonde sur la certitude que chacun est libre d’y mettre un peu ou beaucoup de sa couleur selon les élans du moment.

Et en matière de lumière, le bleu ne sera plus jamais tout à fait bleu, le jaune tout à fait jaune… ils seront plus lumineux. Forcément puisqu’à deux, on est forcément plus fort.

Les personnes à l’attachement sécurisant auront une capacité naturelle à jouer avec la couleur. Ils ne douteront jamais de leur jaune ni de leur bleu et apprécieront la couleur de l’autre comme étant magnifique, la reconnaissant comme parfaite pour le mélange. Ils seront capables de conserver une partie de leur couleur dans le tube afin qu’il en reste toujours pour eux et aussi pour le partage. Pour eux, la danse des couleurs aura priorité et ils savent que pour que les couleurs dansent, ils doivent mettre un peu de couleur dans le mélange mais pas tout non plus.

Les personnes à l’attachement insécurisant ne seront pas habiles avec les couleurs. Les anxieux voudront vider les tubes et faire un mélange où n’existe plus ni bleu ni jaune. Ils auront à apprendre à fermer de temps à autre le bouchon de leur tube. Les évitants ne voudront jamais que leur couleur se mélange beaucoup et refuseront catégoriquement que leur tube soit entaché par la couleur de l’autre. Ils auront à apprendre à ouvrir le bouchon de leur tube sans quoi ils ne produiront jamais de vert… ni de lumière. Mais leur couleur restera pure, intact mais seule.

L’intimité est tout un art. Parfois aussi, c’est un défi. Mais n’est-ce pas magnifique lorsque nous pouvons croire que notre potentiel se trouve décuplé par cette sécurité et que notre personnalité se trouve rehaussée par le mélange? Pas question ici de perdre notre individualité. Mais question oui, de l’enrichir à la couleur de l’autre, de s’en laisser influencer, de créer un espace d’une couleur originale et de laisser éclater non seulement notre lumière individuelle mais aussi la lumière de l’autre ainsi que la couleur de la nouvelle personne qui vient de se créer, la personne du couple où 1+1=4.

Moi, l’autre et notre mélange.

Le bleu, le jaune…

…le vert…

…et la lumière.

……………

[i] Pistorio, Marc. Dis-moi qui tu aimes, je te dirai qui tu es. Édito, 2015.

[ii] On reverra ici le clip de Marc Pistorio qui parle de l’attitude à tenir en face d’un évitant qui ne veut pas sortir de son mode défensif.

——————————–

Vous avez aimé cet article et vous désirez contribuer? La publication de ces textes est désormais une des seules façons que j’ai de gagner ma vie. Si donc vous en avez les moyens et l’élan, vous pouvez faire un don en cliquant plus bas.




PARTAGER
Article précédentPOURQUOI LES NARCISSIQUES S’ADORENT MAIS NE S’AIMENT PAS.
Prochain articleCRI DU CŒUR POUR L’AMOUR.
Jean Rochette
Coach personnel, psychologue et psychothérapeute, Jean Rochette se passionne pour nos deux chemins de vie: pour soi (nos enjeux) et pour les autres (la mission). Il est l'auteur de "Faites exploser vos couleurs" aux Éditions du Dauphin Blanc. Diplômé de niveau maîtrise (Master) en Sciences de la religion (Université de Sherbrooke) et en Psychologie (Université Laval), il a enseigné pendant 32 ans dans un collège du Québec.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

neuf − huit =