JE N’AI PAS DE DÉFAUTS, JE N’AI QUE DES QUALITÉS… MAIS JE...

JE N’AI PAS DE DÉFAUTS, JE N’AI QUE DES QUALITÉS… MAIS JE LES EXAGÈRE.

859
0
PARTAGER
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette semaine, je vous propose une petite réflexion sur les défauts.

On passe sa vie à se dénigrer, à vouloir corriger ses défauts. Il est fréquent que des gens bloquent sur certains de leurs défauts: je suis dépendant affectif, je suis colérique, je suis égoïste, je suis gêné … je suis … je suis …

Le cerveau a pourtant la capacité de voir les choses autrement. On appelle ça du recadrage ou encore de la restructuration cognitive. Et quand on voit les choses autrement, ça ne règle rien dans les faits, mais ça aide à comprendre les choses et à s’accepter pour ce que l’on est.

Le recadrage proposé aujourd’hui, c’est le suivant: ce que j’appelle mes défauts sont en réalité des qualités exagérées.

Je peux par exemple être quelqu’un qui se fâche facilement. Mais si je m’observe un peu, je prends conscience que ce qui me fâche est surtout des situations où il y a une injustice. Bon… Je suis donc quelqu’un qui a le sens aiguë de la justice, mais trop. Du coup, je n’accepte aucune injustice, je ne tolère rien et… je me fâche. Pour corriger cela, il faut donc que j,essaie de cesser d’exagérer mon sens de la justice tout en conservant cela comme une qualité.

Certains diront que c’est pareil. Dire que je suis colérique ou que j’exagère une qualité, ce n’est qu’un artifice. Mais bien sûr. C’est simplement une autre façon de voir la même réalité: ma colère. Sauf que dans le deuxième cas, j’ai du pouvoir dessus parce que je commence par reconnaître la qualité qui est à la source de tout ça. Mon estime de moi en est moins affecté.

Cesser d’exagérer une qualité me place sur un continuum où je choisis ma réaction. Ma liberté est là. Et cette vision des choses inclut une perspective où je m’accueille comme une personne ayant des qualités.

L’autre façon de voir me place en situation où j’ai une tare à éradiquer.

Je propose donc que nous nous accueillions comme des personnes ayant des qualités. Uniquement des qualités. mais dans notre parcours émotionnel, certaines de ces qualités ont provoqué des réactions exagérées que je dois ramener à leur juste proportion.

Je n’ai pas de défauts. Je n’ai que des qualités, et parfois, j’exagère.

N’est-ce pas mieux ainsi?

PARTAGER
Prochain articleLA SYNCHRONICITÉ: ET SI LE HASARD ÉTAIT PLUS QUE DU HASARD?
Coach personnel, psychologue et psychothérapeute, Jean Rochette se passionne pour nos deux chemins de vie: pour soi (nos enjeux) et pour les autres (la mission). Il est l'auteur de "Faites exploser vos couleurs" aux Éditions du Dauphin Blanc. Diplômé de niveau maîtrise (Master) en Sciences de la religion (Université de Sherbrooke) et en Psychologie (Université Laval), il a enseigné pendant 32 ans dans un collège du Québec.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE

18 − two =