QUAND ON SE COMPARE, ON S’ÉGARE.

QUAND ON SE COMPARE, ON S’ÉGARE.

1263
0
PARTAGER

Il nous arrive parfois d’envier le chemin de vie des autres.

On le trouve plus beau, plus facile, plus attirant. On se prend alors à envier non seulement ce qu’ils ont et ce qu’ils font mais aussi ce qu’ils sont. On les dit «chanceux». On rêve d’être comme ça.

On vit même, parfois, une petite pointe de jalousie basée sur ce que nous croyons être une injustice : « pourquoi eux et pas moi »?

Puis, écrasés par cette comparaison, on cherche alors d’autres moins chanceux qu’on peut regarder avec pitié, histoire de se consoler de notre propre vie. «Ah, je n’aimerais pas être comme ça», se dit-on soulagé.

Nous tombons alors dans la condescendance, le manque d’empathie et de compassion. Nous utilisons l’autre pour se remonter soi-même.

Dans les deux cas, nous faisons fausse route puisqu’aucune comparaison n’est possible si on ne compare pas tout. Or, chacun a sa propre vie. Avec ses propres talents, ses propres enjeux, sa propre mission et ses propres passions. Chacun a ses propres couleurs.

Si nous voulions vraiment nous comparer aux autres, il faudrait en trouver qui sont exactement comme nous : même histoire, mêmes gènes, mêmes talents, mêmes passions… Nous voyons bien que c’est impossible. Chacun de nous est unique.

Et pourtant, la tentation de la comparaison est là.

Or, une comparaison consiste toujours à se quitter soi-même pour se tourner vers l’autre. Il s’agit dès lors d’une immense trahison envers soi, une négation de notre être, une annihilation de ce que nous sommes profondément. Nous oublions alors notre propre chemin et nos propres couleurs. Nous nous oublions. Nous cessons d’exister.

Il faut alors et de façon urgente, se recentrer sur soi. Reprendre vie. Retrouver nos forces, nos talents, nos passions. Retrouver ce chemin unique que l’on a et qui nous caractérise. Retrouver l’amour de soi et de son chemin de vie. Retrouver en soi l’être magnifique que nous sommes.

Quittant alors toute forme de comparaison, nous en viendrons certainement à l’hypothèse la plus probable, celle qui affirme que finalement, la meilleure route pour nous, c’est celle sur laquelle nous sommes, la nôtre, celle de nos propres couleurs.

C’est la seule qui nous appartient.

Et c’est aussi une magnifique aventure.

(Photo: Isabelle Bernier)

PARTAGER
Article précédentIL Y A EN VOUS QUELQU'UN QUI NE VEUT PAS VOTRE BIEN.
Prochain articleVOUS VOULEZ UN MONDE NOUVEAU? FAITES-LE, NE L'ATTENDEZ PAS!
Coach personnel, psychologue et psychothérapeute, Jean Rochette se passionne pour nos deux chemins de vie: pour soi (nos enjeux) et pour les autres (la mission). Il est l'auteur de "Faites exploser vos couleurs" aux Éditions du Dauphin Blanc. Diplômé de niveau maîtrise (Master) en Sciences de la religion (Université de Sherbrooke) et en Psychologie (Université Laval), il a enseigné pendant 32 ans dans un collège du Québec.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE

4 × 1 =