QUI PORTENT LES MURS PORTEURS?

QUI PORTENT LES MURS PORTEURS?

891
8
PARTAGER
Samedi dernier, je donnais une conférence pour un groupe appelé les « Bontés Divines » et dont l’objectif avoué est de nourrir leur vie intérieure et de faire le bien autour d’elles. Ce groupe, ainsi que d’autres qui se créent maintenant un peu partout, se réunissent une fois par mois. Le tout à l’initiative de Christine Michaud, l’animatrice d’une émission appelée « Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux? » présentée à TVA, un réseau de télévision du Québec. Ma conférence se donnait durant la rencontre de février et portait sur la durabilité de l’amour de couple.
Lorsque je suis arrivé, il y avait déjà à l’œuvre quelques organisatrices qui voyaient à ce que tout se passe bien. Pris en charge aussitôt, on s’assura que rien ne me manquait, que de petites feuilles que j’avais préparées pour l’assistance soient bien distribuées, que la technique fonctionne bien. Bref, j’ai été entouré.
Au moment de monter sur scène faire la conférence, un simple regard de Christine me renseigna que je devais mettre mon micro et m’approcher. Je sentis une énergie monter en moi. Une énergie magnifique. Celle qu’on a lorsque notre intention est pure. Celle qu’on a lorsque près d’une dizaine de personnes nous portent, littéralement, vers le meilleur de soi-même.
Et comme je me sentais complètement en sécurité, tout se passa bien. J’étais moi-même, en pleine possession de mes moyens, sans ce trac fatal qui fait qu’on a la bouche sèche et qu’on cherche nos mots.
J’y parlais d’amour à deux-cent-dix personnes. J’y mettais tout mon cœur afin que le message passe : oui, des couples solides à long terme, c’est possible. Oui, il faut y travailler et donner à cet amour des chances de rester. Oui, il faut croire que l’amour est possible. De toutes nos forces. Et apprendre à faire ce qu’il faut pour que cela soit.
Je me sentais alors pleinement croire en l’amour. Je le vivais, je le vibrais. Je voyais les gens accrochés à mes paroles. Je sentais l’énergie passer. Et je sentais qu’à mon tour, je les portais.
Après la conférence, on m’avait invité à partager quelques moments en compagnie de ces personnes qui m’avaient supporté. Je pus donc vivre cette soirée avec elles. Je m’y sentais bien. J’observais, goûtais à ces moments, mais ne pouvais pas les décrire avec des mots. Ils étaient à vivre. Oh, pas de grande philosophie, là-bas. Une atmosphère amicale où l’on discute de tout et de rien, quelques moments de déconne comme on en apprécie parfois. Rien, ma foi, qui aurait pu faire la une des journaux. Une rencontre agréable. Mais il y avait quelque chose d’autre. Quelque chose que je n’arrivais pas à nommer.
Après la rencontre, je pris la route et retournai chez moi, content de ma journée mais cherchant à mettre le doigt sur ce petit quelque chose que je ne comprenais pas. Je demandai même à ma conjointe, qui est sensible à ce genre d’énergie, de me faire un bilan de la journée, mais en termes de ce qu’elle avait senti. Elle me rapporta qu’elle avait très bien senti mon énergie se déployer et envelopper l’assistance. Je les portais, effectivement. Mais cela ne répondait pas à ma question.

Or aujourd’hui, une utilisatrice Facebook membre de ma page (merci « Fleur de Lune ») a publié une chanson de Florent Pagny : Les murs porteurs.

Dans cette chanson, on y parle des gens qui nous portent parfois, au moment où l’on en a besoin. Des amis en béton, dit la chanson.
Restent les murs porteurs
Des amis en béton
Un frère, une petite sœur
Pour voir à l’horizon
Restent les murs porteurs
Pour tenir la maison
Pour surmonter ses peurs
Ou vaincre ses démons
La voici:

 

 
Et c’est avec cette chanson que j’ai compris cet après-midi ce qui s’était passé hier.
Des amis en béton, ça n’existe pas, en fait. Ils nous portent, certes, quand on en a le plus besoin. Ils sont nos murs porteurs. Mais voilà! 
 
Qui portent les murs porteurs?
Dans ce grand mouvement de transformation que l’on vit dans les consciences depuis quelques années, beaucoup de gens sont des murs porteurs. Mais qui les portent, eux, lorsque leur béton s’effrite et qu’ils ont besoin à leur tour de cette portance fondamentale?
C’était la réponse à cette question que je venais de trouver la veille, sans trop le savoir, mais en le vivant.
Ces « Bontés Divines » qui étaient là pour moi à mon arrivée, avaient été mes murs porteurs jusqu’au moment de la conférence. C’est ça qui m’avait entre autres permis de monter ensuite sur scène en pleine possession de mes moyens, dans l’énergie d’amour que je ressentais, et qui avait fait en sorte que j’aie pu, pendant cette heure trop brève, être à mon tour le mur porteur de deux-cent-dix personnes.
Le soir venu, dans la maison de l’une d’entre elles, j’avais assisté à l’effondrement des murs. Non pas un effondrement catastrophe, non. Un effondrement de l’énergie combative nécessaire à tout mur qui a besoin de faire son boulot. Un effondrement bénéfique. Un moment où apparaît la vulnérabilité de chacun. Là-bas, plus personne ne portait personne (enfin, presque). C’était le calme. Le repos du guerrier. Et parce que personne ne portait personne, j’ai eu un instant le sentiment que tout le monde portait tout le monde. Que tout le monde était disponible pour tout le monde. Et que s’il avait fallu, chacun se serait mobilisé pour devenir à nouveau le mur porteur nécessaire.
Et j’ai compris aujourd’hui que tous les murs porteurs doivent absolument se rencontrer. Impérativement. Nécessairement.
J’ai compris aussi que, comme murs porteurs, nous avons le droit de nous reposer, de nous relaxer, de ne rien porter un moment. Nous avons ce droit que rien ne vienne troubler notre repos. Mais j’ai bien senti que cela ne peut se faire que dans l’intimité, entre murs porteurs. Parce que c’est seulement lorsque les murs porteurs n’ont rien à porter qu’ils se reposent pour reprendre ensuite, sans relâche, leur rôle de porteurs.
Murs porteurs, je vous honore.
J’ai été habitué, dans ma vie, à porter. Ça, je sais bien faire.
Mais je n’ai jamais vraiment vécu d’être porté ainsi pour porter ensuite à mon tour.
 
Je suis comblé par la vie.
 
Déjà il y a quelques temps, j’ai rencontré une conjointe qui est mon mur porteur autant que je suis le sien.
 
Aujourd’hui, il m’est donné de rencontrer un groupe de murs porteurs.
Vraiment, cette journée pour moi a été magique. C’était magnifique et reposant.
Si magnifique et si reposant que je tiens à vous dire que s’il s’avérait qu’un jour, vous ayez besoin d’un mur porteur pour vous, je crierais tout de suite « présent », fier d’être le mur porteur d’un autre mur porteur.
 
Si vous, qui me lisez, êtes un mur porteur, cherchez de grâce d’autres murs porteurs afin qu’en groupe, vous puissiez vous reposer, relaxer, refaire votre énergie, vous ancrer. C’est essentiel au rôle de porteur.
Qui portent les murs porteurs? Ils se portent entre eux.
Et c’est magnifiquement efficace.

8 COMMENTAIRES

  1. Quel beau texte encore une fois… Il me permet de mettre le doigt sur mon sentiment de lassitude des derniers mois. J'ai fait le choix, il y a quelques années, d'être un mur porteur important dans la vie de 2 jeunes garçons et ça me rempli de bonheur. Je sais et je sens profondément que c'est le rôle que j'ai à jouer pour les 10 prochaines années encore. Mais je prends conscience, en lisant ce texte, de l'absence de murs porteurs autour de moi donc du manque d'équilibre dans ma vie en ce moment. Je vais donc envoyer un message dans l'Univers pour tenter de trouver une belle famille d'âmes pour me ressourcer un peu. Merci! Floraclo

  2. Bonsoir Jean! Qui porte les murs porteurs? Bonne question, à laquelle j'ai eu beaucoup d'attentes et de déceptions.Maintenant, j'ai compris que les personnes que je portais. il ne me portais pas! Donc, pendant longtemps je me suis portée seule! Merci à Laurie : Je réalise aujourd'hui que ce moment de repos d'un mur porteur est essentiel. Je crois que cette nature m'a souvent poussé à être constamment "en service". Je continuerai donc à me donner du temps, le plus souvent possible,où je ne suis disponible pour personne d'autre que moi. Je crois que ça fait partie d'un équilibre nécessaire. La Vie m'envoie des messages pour m'occuper de moi et bien m'entourée! Merci Jean pour ta conférence, elle fût livrée avec simplicité et Amour!

  3. ce mur porteur pour moi est l'état d'être d'un amour inconditionnel……peut importe ce que les gens autour de nous vivent l'amour qui émane de moi agit et je laisse couler et comme je reçois souvent en moi cette pensée…chaque chose en son temps…accueil et soit réceptif à tout ce qui est beau et bon pour toi.Merci pour cet amour inconditionnel Jean.

  4. Wow! Je suis arrivée sur votre texte par le lien Facebook de Christine Michaud.Je suis vraiment émue par ce que je viens de lire. Je prend conscience, en tant que mur porteur, de l'importance que j'ai dans la vie de mes proches. Ils me le mentionnent souvent, mais je crois que je viens de l'intégrer.

    D'un autre côté, et c'est ce qui m'a le plus touché, je réalise que j'ai déjà été dans une situation de groupe, un atelier sur les famille d'âmes, où je me suis sentie totalement soutenue. Je pouvais me laisser porter par cette énergie d'amour que le groupe émanait. Je me suis sentie supportée inconditionnellement, dans toute mon entièreté.

    Je réalise aujourd'hui que ce moment de repos d'un mur porteur est essentiel. Je crois que cette nature m'a souvent poussé à être constamment "en service". Je continuerai donc à me donner du temps, le plus souvent possible,où je ne suis disponible pour personne d'autre que moi. Je crois que ça fait partie d'un équilibre nécessaire.

    Mais surtout, je continuerai à être à l'affût de ces situations qui se présentent. Celles qui nous offrent une énergie d'amour et de support où l'on peut se déposer, se ressourcer et s'ancrer.

    Merci pour ce beau message, il était juste à point pour moi, aujourd'hui. Tout au long de la lecture du texte et de l'écriture de ce message, j'étais un mur porteur, porté.

    Merci et au plaisir!
    Laurie

  5. Bonjour Jean, JE viens de découvrir en vous lisant que moi aussi JE suis un mur porteur et JE me sens très bien dans cette fondation de maison humaine, et dernièrement j'ai fait la rencontre d'un conjoint qui lui aussi en est un.

    Merci Johanne XX

  6. Jean, ce texte est tout simplement magnifique! Merci d'être toi aussi ce mur porteur si important! Ta présence et tes paroles contribuent à changer la vie de biens des gens.

    Diane xx

REPONDRE

1 + six =