LE HÉROS ORDINAIRE

LE HÉROS ORDINAIRE

518
1
PARTAGER

Avez-vous déjà rêvé d’être le héros d’une aventure rocambolesque? Le caïd d’un immense succès financier? Une star de cinéma? Le Superman de la Supergirl? L’inventeur de génie? La personne au destin magique?

Parfois, de très belles histoires nous racontent comment un inconnu, tout à coup, est reconnu pour son grand talent de chanteur, comment un homme qui n’était pas supposé avoir d’avenir créateur se nommait Walt Disney, comment certains grands de ce monde eurent d’abord des échecs dans la vie pour enfin être reconnus.

On nous raconte tout ça pour nous faire rêver, pour qu’on suive nos rêves, pour qu’on y croie encore.

Pourtant, on ne nous raconte jamais l’histoire du héros ordinaire.

Celui dont on n’entendra jamais parler.

Pourtant, ce soir, une mère a posé un baiser quelque part sur le front de son enfant ébahi avant de retourner préparer le lunch de demain et ramasser un peu la maison. Si on avait regardé dans le regard de cet enfant, on aurait vu que pour lui, sa mère était un héros. Le héros de sa vie. La magicienne qui fait tout apparaître au bon moment. Celle qui mène le combat du quotidien pour que tout arrive à point.

Ce soir, un père a parlé à sa fille terrorisée. Il lui a dit qu’elle était belle, intelligente et fort capable de réussir l’examen de demain qu’elle anticipait avec craintes et tremblements. Il l’a rassurée. Il a été son héros, puis est retourné faire les comptes afin de créer le miracle de mettre bout à bout les factures trop salées tout en conservant ce qu’il faut pour que tout le monde mange à sa faim.

Ce soir, un être humain quelque part a souri à un autre. Pas pour le sauver du suicide. Pas pour lui remonter le moral. Juste parce que d’être humain à être humain, on se sourit parfois. Histoire de mettre de la vie dans la vie. Histoire de se rassurer que l’amour est encore de ce monde. Il a été le héros de l’amour. Pendant quelques secondes. Un héros bien ordinaire, certes, mais un héros tout de même.

Ce soir, une femme est rentrée chez elle, seule. Encore seule. Elle voudrait avoir un copain, mais vient de sortir de l’hôpital psychiatrique. Elle vivra encore seule bien longtemps et devra s’habituer à prendre soin d’elle, entre deux rechutes. Pour elle, préparer un repas malgré les médicaments, se concentrer pour aller à l’épicerie, payer son loyer, c’est héroïque. D’un héroïsme ordinaire. De celui dont on n’entendra jamais parler.

Demain, une personne choisira sa carrière et deviendra enseignant. Et devant elle, trente paires d’yeux la regarderont, année après année, durant les prochains trente-cinq ans. Elle leur donnera le goût de se réaliser, leur apprendra à lire, à vive peut-être même puisque trop souvent, des parents ont renoncé à éduquer. Elle vivra en héros. Mais on ne parlera jamais d’elle, sauf peut-être pour dire qu’elle a beaucoup trop de vacances.

Aujourd’hui, vous me lisez. Vous allez bien ou vous allez mal. Vous hésitez dans votre vie ou êtes très occupé à la réussir.

Et vous ne serez jamais le héros dont on parle partout.

Mais vous suivrez vos rêves.

Ils ne vous mèneront pas à « Tout le monde en parle » puisque personne n’en parlera vraiment.

Mais avez-vous conscience qu’en vous écoutant, en suivant vos rêves, en accomplissant cette mission toute tranquille qui vous a été confiée, vous serez à jamais digne de recevoir la médaille invisible du héros ordinaire?

Parce qu’un héros ordinaire, c’est ça.

Quelqu’un dont on ne parlera jamais mais qui, jour après jour, se concentrera sur l’essentiel, suivra ses valeurs, accomplira sa tâche en sachant pertinemment dans le secret de son cœur que c’est ce qui lui est demandé. Simplement. Silencieusement.

Quelqu’un qui ne sortira jamais peut-être d’une certaine zone de confort parce que cela mettrait en danger des acquis dont dépendent les siens pour se développer et être heureux.

Quelqu’un qui acceptera de vivre sous le seuil de la pauvreté parce que les seuls boulots qu’elle pourrait prendre nécessiteraient qu’elle laisse ses enfants seuls à la maison pendant des heures et que la sécurité de ses enfants passent avant son confort.

Quelqu’un qui ne sera jamais populaire parce qu’il refuse de se laisser aller aux magouilles qui seraient nécessaires pour « percer » dans son domaine mais qui se tiendra debout et fier devant son miroir.

Le héros ordinaire ne fait pas parler de lui.

Le héros ordinaire n’arrive pas, justement, en héros.

On ignore qui il est. Avant de le rencontrer.

Puis, au hasard d’une route, dans une épicerie, un café, un casse-croûte, il apparaît. Il nous raconte peut-être un peu son histoire bien ordinaire. Puis on se sent transporté. On l’admire.

Bien-sûr, on n’écrira pas son histoire. Elle est si ordinaire que personne ne la lirait.

Mais c’est lui, le vrai héros.

Parce qu’il est dans sa vie. Il accomplit ce qui doit être fait. Il est bien là, présent, dans une vie qu’il n’a souvent choisie que parce qu’elle représentait le moindre mal. Pourtant il est fier de son choix. Parce que c’est ce qui devait être fait.

Et sa médaille invisible de héros ordinaire, il la porte fièrement. Dans son cœur, dans ses mains, sur son visage.

À sa façon, toute simple, c’est lui, au final, qui met le monde debout.

PARTAGER
Article précédentL'ÉPARPILLEMENT DES MUTANTS
Prochain articleENTRE CUL ET ÂME
Coach personnel, psychologue et psychothérapeute, Jean Rochette se passionne pour nos deux chemins de vie: pour soi (nos enjeux) et pour les autres (la mission). Il est l'auteur de "Faites exploser vos couleurs" aux Éditions du Dauphin Blanc. Diplômé de niveau maîtrise (Master) en Sciences de la religion (Université de Sherbrooke) et en Psychologie (Université Laval), il a enseigné pendant 32 ans dans un collège du Québec.

1 commentaire

  1. Merci de me rappeller que c'est dans les gestes les plus simples que les miracles se réalisent bien souvent… et bien souvent, on ne s'en rend même pas compte. Le donneur comme pour le receveur… et c'est grâce à des textes comme les tiens que nous réalisons: Hier, j'ai été l'héroïne de quelqu'un. Et qu'aujourd'hui, je peux le refaire encore. Wow, quel potentiel soudain qui vient de s'ouvrir à nous.

    Ça me fait sourire.

REPONDRE

5 × four =