Accueil Uncategorized AVOIR UNE BASE SÉCURE: LA CLÉ DE L’ÉVOLUTION

AVOIR UNE BASE SÉCURE: LA CLÉ DE L’ÉVOLUTION

1046
0
PARTAGER

Tout commence lorsque nous naissons. Laissés à nous-mêmes, nous ne pourrions pas survivre. Des gens doivent donc s’occuper de nous, nous fournir les soins et la nourriture, la chaleur et l’environnement nécessaire à notre épanouissement.

Autrement dit, des gens doivent répondre à nos besoins. C’est en général nos parents.

Évidemment, cela va beaucoup plus loin que de nous donner à manger et de nous changer de couche. En tant que petit être humain, nous avons aussi besoin d’affection, d’amour et particulièrement de la certitude que nos parents interviendront s’il se présente un danger. Bref, nous avons besoin de nous sentir en sécurité. Nous dépendons totalement de ce sentiment. Et c’est précisément à cause de ce sentiment que nous allons évoluer.

C’est là ce qu’on appelle le paradoxe de la dépendance.

Ayant intériorisé que nos parents seront là pour nous quoiqu’il arrive, nous pouvons alors nous risquer à explorer le monde qui nous entoure. Bref, dépendant de nos parents, nous pouvons nous en éloigner, sachant que l’on peut revenir vers eux n’importe quand. Nous appelons ça une base sécure. C’est comme ça que nous allons nous risquer à faire des expériences nouvelles, à essayer des trucs que l’on n’aurait jamais osé faire seul. La dépendance à nos parents crée en nous un espace de sécurité qui nous permet d’évoluer.

Beaucoup de gens pensent que cela dure un temps, puis que nous apprenons à être autonomes et à se donner soi-même cette sécurité dont nous avons besoin. C’est en partie vrai en ce sens que nous intégrons en nous l’image de cette base sécure et que nous avons de moins en moins besoin de sa proximité pour oser vivre des expériences. Mais la base sécure doit rester là.

Nous allons quitter le nid familial, mais appellerons maman si nous brûlons le rôti. Nous serons totalement « indépendants » mais appellerons papa pour un conseil. Nous savons qu’ils sont là. Au besoin, si tout craque dans notre vie, nous débarquerons chez eux le temps de se refaire une santé.

Une base sécure, c’est la certitude de la disponibilité des figures d’attachement. Et de leur amour pour nous, bien-sûr.

Est-ce que quelqu’un a dit que ça devait se terminer un jour? Personne de sérieux, à ma connaissance.

Par contre, il y aura déplacement des figures d’attachement au cours de la vie.

Certains amis feront partie de ce réseau sur qui l’on peut compter et qui enrichira cette base sécure.

Mais la personne la plus importante sera certainement la personne qui partagera notre vie. Car oui, un jour, nous « quitterons » nos parents pour nous attacher à quelqu’un d’autre. Une compagne. Un compagnon. C’est de cette personne dont nous tomberons amoureux que nous attendrons maintenant qu’il soit notre base sécure.

C’est cette personne qui, à son tour, nous permettra d’évoluer, de tendre nos ailes, de nous développer. Car nous aurons la certitude que quoiqu’il arrive, elle sera là pour nous.

De notre côté, nous prendrons ce même engagement d’être pour elle une base sécure. D’être là si besoin. D’être son port d’attache, sa sécurité, son « nord ». Et elle sera le nôtre.

Nous dépendrons complètement de cette personne pour notre sécurité. Tellement qu’elle aura un impact sur nos réactions physiologiques, nos envies de nous développer, nos projets d’avenir.

Notre bonheur sera sa priorité. Et son bonheur sera la nôtre.

Qui dit ça?

La simple nature de l’attachement. Et ça ne finit pas dans l’enfance.

Et les célibataires sans parents?

J’ai vécu un cancer en célibataire. Mes parents étaient morts depuis longtemps. Je n’aurais pas survécu si je n’avais pas eu des amis, de la famille, des personnes significatives qui se sont chargés de me fournir une base sécure. Un port d’attache pour crier à l’aide quand c’était possible.

Ce n’était pas mon premier choix.

C’est dans la nature de la vie humaine de s’attendre à ce qu’une compagne de vie fournisse cela.

Mais à défaut, il faut compenser.

La base sécure, c’est ce qui fait vivre.

Notre dépendance à cette base est ce qui fait évoluer.

Tant que nous y résisterons, nous nous priverons de l’attachement nécessaire aux plus grandes envolées. Dans la sécurité.

Mais encore faut-il croire que l’autre sera là pour nous, quoiqu’il arrive.

——————————–

Vous avez aimé cet article et vous désirez contribuer? La publication de ces textes est désormais une des seules façons que j’ai de gagner ma vie. Si donc vous en avez les moyens et l’élan, vous pouvez faire un don en cliquant plus bas.




 

PARTAGER
Article précédentLA DÉPENDANCE RÉHABILITÉE
Prochain articlePOURQUOI LES GENS SÉCURES ONT PARFOIS DE LA DIFFICULTÉ À ROMPRE DANS UNE RELATION MALSAINE
Jean Rochette
Coach personnel, psychologue et psychothérapeute, Jean Rochette se passionne pour nos deux chemins de vie: pour soi (nos enjeux) et pour les autres (la mission). Il est l'auteur de "Faites exploser vos couleurs" et "Des silences ébruités" aux Éditions du Dauphin Blanc. Diplômé de niveau maîtrise (Master) en Sciences de la religion (Université de Sherbrooke) et en Psychologie (Université Laval), il a enseigné pendant 32 ans dans un collège du Québec.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

5 + quatorze =